Logé dans la commune de la Bollène-Vésubie, la Bollène est un canyon du 06 qui se déroule sur environ 1900 mètres avec un dénivelé de 180 mètres, soit un parcours de 3 h 30. Au Bureau des moniteurs, nous sommes spécialisés dans le canyoning en région Paca. Alors nous avons l’habitude d’emmener des groupes d’à peu près tout niveau dans cette balade verdoyante à l’orée du Mercantour. Pour mener à bien l’aventure, veillez à prévoir votre journée et à apporter un pique-nique, histoire de conserver de l’énergie jusqu’à l’issue du voyage.

Participants au canyon de la Bollène, descente en rappel.

Crédit photo : Bureau des moniteurs

En jambes vers 9 heures

Comme pour la plupart des sorties de nature, il n’y a pas de grasse matinée qui tienne. On cueille le jour et on se rend au point de rendez-vous fixé la veille par le moniteur, sur les coups de 9 heures. Dans votre baluchon, en plus de quoi grignoter, vous aurez préparé un maillot de bain, une serviette, des affaires de change ainsi que des baskets de sport en bon état. Ce dernier point est important, parce qu’à la Bollène, ça glisse. Exit les semelles lisses, donc.

D’après Manon Roche, monitrice au Bureau des moniteurs, le canyon de la Bollène est idéal pour une journée d’initiation. « Pour ceux qui sont passés par le canyon de Cramassouri, sur la demi-journée, c’est une excellente manière de poursuivre l’expérience. Celui de la Bollène demande plus d’énergie et d’investissement physique tout au long de la journée », explique-t-elle. Le canyon de la Bollène est considéré comme un parcours d’initiation +, de niveau 2, là où celui de Cramassouri est de niveau 1, initiation.

Participants au canyon de la Bollène. Toboggan naturel.

Crédit photo : Bureau des moniteurs

Un canyon aux difficultés progressives

L’un des bons aspects de ce canyon, c’est qu’il est progressif. « Il commence par de petits sauts et de petits toboggans puis évolue doucement. Cela nous permet de dispenser un apprentissage progressif à nos participants », raconte la jeune femme. Une première partie ludique et jonchée de petits obstacles ouvre le bal. Les premières émotions passées, on avale un pique-nique entre sportifs. On en profite pour échanger ses impressions mais on ne traîne pas trop, histoire de ne pas se refroidir. Rapidement, on part à l’assaut d’une partie plus technique, notamment composée de deux toboggans naturels d’une vingtaine de mètres chacun. « Sûrement les plus beaux toboggans de la région », assure Manon Roche.

« Cette balade est très aquatique. On y traverse de larges vasques d’eau, on peut même faire des sauts de quelques mètres et on s’essaie aux descentes en rappel. Le canyon est assez sauvage, garni de beaucoup de mousse et de verdure. Il y a même un agréable passage dans les arbres », décrit-elle. Notez que les jeunes gens sont les bienvenus, à partir d’une dizaine d’années. Cela se discute avec le moniteur au préalable. On prend en compte divers critères comme le gabarit de l’enfant, son expérience en canyon et sa débrouillardise.

Info pratiques

Bien heureusement, le Bureau des moniteurs fournit à ses équipes des combinaisons ainsi que des chaussettes en néoprène à glisser dans les baskets afin de ne pas souffrir de l’eau fraîche de la Vésubie.

Vous avez envie de partir en vadrouille avec le Bureau des moniteurs ? Découvrez les informations techniques dont vous avez besoin sur la page du canyoning de la Bollène. Aussi, n’hésitez pas à joindre notre équipe de moniteurs diplômés d’État pour poser vos questions au 04 93 72 89 54.