Au Bureau des moniteurs, nous déambulons sur les sentiers des Alpes-Maritimes et vous y guidons. Les sports de nature (canyoning à Nice, escalade, randonnée et via ferrata) n’ont pas plus de secret pour nous que les sentiers de grande randonnée. Héritage combiné d’associations et clubs de marche, ces sentiers, plus connus sous l’acronyme GR, vous font découvrir la France dans ce qu’elle a de plus proche de la nature, tout comme l’équipe de guides du Bureau des moniteurs. Voici un petit morceau de culture française par ses chemins intimes.

Cascade de canyoning.

Bureau des moniteurs

La marche, cette activité passionnante

À la fin du XIXe siècle, la France est comme traversée d’une envie folle de marcher. Des groupes de marcheurs lancent plus ou moins officiellement la mode du tourisme à pieds : il s’agit de visiter une région entière par ses chemins peu fréquentés, histoire d’être au plus proche de ce que le coin a de mieux à offrir comme paysage, et aussi d’entretenir ces sentiers. Plusieurs associations et clubs s’y mettent à cette période. Les Excursionnistes marseillais, le Touring club de France, les Scouts et leurs jumeaux laïques, les Éclaireurs… L’ancêtre de la Fédération française des clubs alpins et de montagne, le

Arbre marqué d'une balise de GR.

By Geertivp [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], from Wikimedia Commons

Club alpin français, se lance aussi dans cette tendance, et l’activité devient vraiment populaire dès le début du XXe siècle. Pourtant, il faut attendre les congés payés, 1936 donc, pour que les GR prennent toute leur ampleur grâce à la ferveur de Jean Loiseau.

Cet ancien des marches régionales, passionné donc, parvient à rassembler autour de son projet plusieurs clubs et associations : le CAF, les scouts, le TCF… qui ont en commun d’aimer parcourir le pays par ses petites routes pédestres. Le projet en question, c’est de faciliter l’accès et le suivi des chemins pédestres. Jean Loiseau et ses compères étudient le principe du balisage et adoptent les fameux deux traits rouge et blanc pour signes : les GR étaient nés en 1947, avec 28 km de sentier balisé entre Orléans et Beaugency.

Vous aurez remarqué qu’on n’a pas utilisé le terme « randonnée » jusque-là. Et pour cause, le mot n’apparaît qu’en 1941 en France, grâce à ce mouvement de marcheurs justement ! D’origine germanique, issu du vocabulaire allemand de la chasse où « randir » signifie « courir avec rapidité » et « randonnée » est « une promenade longue et ininterrompue », la randonnée et les randonneurs et randonneuses apparaissent dans le dictionnaire belge d’abord, puis français.

Les Alpes-Maritimes et ses dix GR

Dans le département 06, pas moins de dix GR se taillent un chemin entre mer et montagne. Il existe même un GR, le numéro 5, qui mène de Nice à Berg-op-Zoom au Pays-Bas ! Sans partir pour des semaines, on vous propose, au Bureau des moniteurs, d’en parcourir des morceaux choisis et particulièrement ceux qui traversent le Mercantour. Ils sont quatre :

  • Le GR5 de Saint-Dalmas-Valdeblore à Nice, qui prend trois jours.
  • La section du GR52, dans le Mercantour-même, plus précisément dans la Vallée des merveilles, pour quatre jours d’émerveillement garantis.
  • Un autre bout de GR52 qui fait un tour du Boréon en deux jours.
  • Et un dernier morceau du GR52 encore, plus escarpé à partir de Belvédère qui fait carapater durant cinq jours sur les sommets.

Voilà de quoi remplir votre temps libre, et vos yeux de paysages imprenables. Le Bureau des moniteurs vous accompagne dans vos excursions avec des parcours thématiques, l’expérience de nos guides diplômés d’État et l’encadrement de sécurité adéquat. N’hésitez pas à nous faire part de votre projet de balade !